traceur-guilde Index du Forum
traceur-guilde
Tous les guildiens de Traceur se rejoignent ici !!! =)
 
traceur-guilde Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: God of War III ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    traceur-guilde Index du Forum -> Loisirs -> Jeux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kyto
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 21 Mar - 15:04 (2010)    Sujet du message: God of War III Répondre en citant

C'est sur une introduction mélangeant animation classique et semblant de BD que s'ouvre ce God Of War III. Grâce à cette vidéo, et à quelques autres qui interviendront ça et là dans le jeu, le nouveau venu de la série pourra se faire une idée - assez succincte - de qui s'est passé jusqu'à présent. Non pas que le scénario de God Of War soit d'une profondeur marquante, loin de là, mais se faire une petite idée des événements passés permettra au néophyte de s'approprier les personnages de cette fresque mythologique, Kratos étant évidemment en tête de file de cette galerie d'intervenants qui s'enrichit bien entendu de nouveaux personnages.



Le pitch de God Of War est le suivant : Kratos est un mortel au service des Dieux de l'Olympe. Massacrant tout sur son passage, ce chef spartiate en vient à vendre son âme à Arès pour ne pas connaître la défaite. Le Dieu de la Guerre se joue pourtant de son nouveau protégé en le faisant massacrer sa femme et sa fille lors d'une bénigne attaque de village. Accablé par cet acte terrible et proche de la folie, Kratos n'aura alors qu'une idée en tête : se venger d'Arès. Une fois celui-ci vaincu (God Of War), Kratos lui succède à son tour au rang de Dieu de la Guerre. Trahi par Zeus, le deuxième volet de la série sera l'occasion pour le spartiate d'assouvir une nouvelle fois sa folie destructrice. Revenu pour la seconde fois des enfers, Kratos n'aura de cesse d'accomplir sa nouvelle marotte : mettre fin au règne des Dieux de l'Olympe. Interrompu in extremis par Athena à la fin de God Of War II, l'ancien Dieu de la Guerre (il a perdu son trône, déchu par Zeus lui-même) souhaite ardemment finir le travail dans God Of War III. Aidé par les titans, il part à l'assaut du Mont Olympe.



L'histoire commence donc naturellement à l'instant même ou s'achève le second volet. Dans une scène d'introduction dantesque, comme la série en a le secret, Kratos se défera de l'imposant Poseidon et marquera d'entrée les esprits des joueurs comme ont pu le faire avant lui l'hydre du premier volet ou le colosse du second. Une entrée en matière grandiloquente, qui sera suivie par bon nombre d'autres boss tous plus énormes les uns que les autres. Hadès, Hercule, Hermès et d'autres surprises se dresseront tour à tour sur la route de notre chauve préféré, pour des affrontements qui resteront à n'en pas douter dans toutes les têtes. Dommage que le doublage français versent par moments dans le grand-guignolesque, cette histoire de vengeance divine bien que très simple restant fort agréable à suivre au demeurant, et ce jusqu'à son dénouement, qui ne laissera évidemment personne indifférent.


« If it bleeds, we can kill it »

Une fois tous ses pouvoirs perdus (et hop, troisième passage aux enfers pour le bonhomme), il s'agira de nouveau pour Kratos d'obtenir assez de force pour bouter Zeus hors de l'Olympe. On partira donc en quête d'orbes rouges - permettant d'améliorer les quatre armes différentes que l'on trouvera au fur et à mesure de l'aventure - orbes glanées en massacrant les centaines d'ennemis qui se présenteront à nous ou en ouvrant les nombreux coffres jalonnant les couloirs des environnements traversés. La méthode ne varie pas d'un pouce depuis les débuts de la série : coup rapide faible ou coup lent plus puissant, choppe, coups spéciaux et magies constituent toujours le nerf de la guerre. L'esquive se révélera bien pratique, de même que la parade, vous permettant avec un certain sens du timing de lâcher un contre assassin.

La recette est connue, le résultat toujours aussi jouissif. On prend un pied monstre à enchaîner ses ennemis toujours plus nombreux ou imposants en variant ses assauts. Les possibilités sont assez énormes et, qu'ils soient incroyablement classes ou très efficaces, les enchaînements sortent presque tout seul pour qui a déjà tâté du God of War. Les trois nouvelles armes et leurs magies associées permettent évidemment de renouveler l'expérience : les plus doués d'entre vous se permettront même de changer d'arme en plein combo. Le summum de la classe, en somme. Malgré quelques problèmes de collision qui subsistent depuis le précédent volet, les combats sont d'une fluidité sans faille, qui plus est toujours facilités par les subtilités de mise en scène propres à la série (ralentis, QTE pour les ennemis imposants). L'action ne s'arrête jamais vraiment, et c'est tant mieux.






 
God Of War III est gigantesque, jusque dans les boss qui peuplent ses niveaux 


Santa Monica Studio s'est d'ailleurs lâché sur les mouvements et les effets : Kratos détruit, démembre, éviscère, arrache et castre à tout va, dans un tumulte de sang et d'organes que n'aurait pas renié un épisode de Saw ou d'Evil Dead, pour rester dans le ton. Les gerbes de sang fleurissent à chaque affrontement, le summum étant évidemment l'arrachage de tête de l'ami Hélios, désormais Dieu du Soleil décapité. L'occasion pour nous d'évoquer les trois objets, qui viendront varier un peu vos joutes comme les moments d'exploration - et de répit. Outre la tête d'Hélios donc, qui vous permet de vous éclairer comme d'aveugler les ennemis, Kratos pourra compter sur un Arc, seul rescapé de l'épisode précédent et des bottes permettant de courir sur les murs (à des moments bien précis, malheureusement) ou d'enfoncer vos ennemis. God of War III n'oublie rien en route et offre un système de combat en adéquation parfaite avec le bestiaire et les situations rencontrées, à défaut d'être complètement original. Cette violence sanglante, que Kratos déchaîne sans aucune once de remords, ne manquera pas de vous interloquer lors de certains passages tournant clairement à la boucherie. Le jeu n'est pas 18+ pour rien, c'est une certitude...

Dix heures pour atteindre l'Olympe !

Mais si Santa Monica Studio profite de la HD pour faire gicler un maximum d'hémoglobine, elle lui permet aussi de magnifier l'héritage déjà superbe de la série au niveau des décors. Les développeurs prennent un plaisir fou à jouer avec la caméra, une nouvelle fois fixe, pour nous en mettre plein la vue. Les zooms et dézooms permettent d'apprécier le travail accompli par le studio californien sur ce qui se passe autour de Kratos. Les environnements sont gigantesques et magnifiques, une nouvelle fois aidés par une direction artistique ultra cohérente et une maîtrise technique qui flatte la rétine. Si on a aujourd'hui plus l'habitude de diriger la caméra en temps réel, God Of War III prend le parti de garder son côté old-school - d'aucuns diront désuet - et conserve ainsi pour lui le contrôle de la vue, toujours millimétrée. La narration se faisant presque exclusivement via des cinématiques utilisant le moteur du jeu, on sera surpris à de nombreuses reprises par la possibilité de diriger quand même son personnage, tandis que la caméra ne le laissait clairement pas à penser.



God Of War III joue bien souvent avec nos perceptions et nos habitudes de joueur, le labyrinthe de Dédale étant sans doute l'environnement le plus symptomatique de cet état de fait. Ce gigantisme exacerbé - LA grosse force du jeu - pose néanmoins plus évidemment la question de la liberté d'action offerte dans ces décors infiniment grands. Fidèle à son modèle, GOW III ne propose une nouvelle fois qu'un enchaînement de couloirs (aux murs invisibles) ponctué de salles effectivement plus massives mais dont on ne profitera que trop peu au niveau du gameplay. Frileux ou tout simplement désireux de maîtriser son bébé à 100%, Santa Monica Studio ne se risque pas à déployer son schéma de jeu vers quelque chose de plus ouvert. Comme Kratos qui file tout droit vers sa destinée vengeresse, le joueur suit le chemin qui lui est balisé sans jamais tourner la tête d'un iota. Pas réellement un regret, le voyage en montagne russe étant par ailleurs de grande qualité, même si on aimerait voir ce talentueux studio prendre un peu plus de risques à l'avenir. Comme d'habitude, quelques séquences annexes (vol, QTE, baston style 2D) viendront varier un peu ce mélange, de toute façon très digeste à la base. Encore une marque de fabrique de la série.









 
Le bestiaire a gagné en profondeur, tout comme le système de combats  


D'un autre côté, Santa Monica Studio ne trahit pas sa réputation acquise sur Playstation 2 au niveau technique. Malgré quelques modélisations hasardeuses (Hera...) et de rares moments où la PS3 souffre pour afficher tant de belles choses, God Of War III est un modèle de finition technique. S'il faut batailler pour mettre à mal la caméra, il est également compliqué de trouver à redire concernant l'emballage de cet épisode. Les textures ne sont certes pas les plus belles qu'il nous a été donné de voir sur consoles, mais l'ensemble est si joliment dessiné et animé que l'on passe son temps à parcourir l'écran du regard, comme ça, juste pour le plaisir des yeux. Les nombreux mécanismes, qui constituent la partie exploration du jeu, sont à ce titre assez révélateurs : les systèmes qui se mettent en branlent utilisent tout un tas d'effets graphiques et de mise en scène mettant en avant la complexité des structures traversées. Ne vous inquiétez pas, ces moments de réflexion sont d'une simplicité enfantine, et ne devraient pas trop rogner sur la grosse dizaine d'heures de jeu proposée par God Of War III. Au pire, les sept défis de l'Olympe et l'arène de combat (où vous pourrez customiser vos affrontements) vous permettront de prolonger le plaisir, avant de recommencer l'aventure avec les quelques bonus ramassés lors de votre premier passage.

Assujetis à la loi de l'embargo et du NDA, nous ne sommes pas en mesure de vous proposer de Vidéo-Test. Celui-ci arrivera dès que possible. Merci de votre compréhension

Conclusion
En misant sur ses forces sans chercher à se réinventer, God Of War III fait le pari le moins risqué possible. On ne s'en plaindra pas, Santa Monica Studio nous livrant un titre d'une nervosité sans égale (NDVirgile : Bayonetta ... j'dis ça, j'dis rien ...) pourvu d'une réalisation de très haute volée. La haute définition aura d'ailleurs permis au studio d'affirmer son goût du gigantisme et sa passion pour le sang, God Of War III gagnant aisément le titre du jeu le plus violent de la Playstation 3. Cet épisode conclu donc la série avec brio, son rythme parfaitement calibré ponctué de scènes fortes comme son gameplay très rodé faisant largement oublier les quelques écueils mineurs touchant la réalisation ou la prise en main. God Of War III est bien le blockbuster que l'on attendait, et fait déjà figure d'incontournable sur Playstation 3. Approved !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 21 Mar - 15:04 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dadouchi
Kira

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2010
Messages: 51
Localisation: Au zefff !

MessagePosté le: Dim 21 Mar - 17:29 (2010)    Sujet du message: God of War III Répondre en citant

Je vois que tu maitrise les outils pour faire un commentaires Mr. Green
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:56 (2018)    Sujet du message: God of War III

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    traceur-guilde Index du Forum -> Loisirs -> Jeux Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com